allez-vous?
Loading
Quand partez-vous?
Combien de participants?
 
Adultes
Enfants
Recherche avancée
0
Chargement du contenu

Vérone. La limite entre le nord et le sud. Ici, vous mangerez aussi bien des pâtes que de la polenta. A l’origine, Vérone était une colonie romaine. Elle était surnommée «Urbs Nobilissima» et, pour Jules César, elle était l’entrée du noyau dur de l’empire, au centre de toute la puissance.

Aujourd’hui, Vérone est, derrière Rome, la ville ayant le plus de vestiges romains. La ville a également été sous domination Ostrogoth, avec le roi Theodorik. Vérone en devint le quartier général militaire en 489. Plus tard, elle fut sous domination des lombards, puis des francs. Elle était un grand centre administratif sous Charles Martel, puis sous son fils Pépin le Bref, lorsqu’ils chassèrent les lombards en 758.

Au 12e siècle, Vérone était une ville-état indépendante. Au 13e siècle, l’influente famille Scala en a pris le pouvoir. En 1263, Leonardo Dogue a instauré une dynastie qui allait duré plus de cent ans. La ville était à son apogée car, même si l’exercice du pouvoir a été impitoyable, les dirigeants de la ville ont su être habiles et mener à bien de grands projets. Certains des plus monuments datent de cette époque.

En 1387, Antonio Scala a fui la ville, la laissant aux mains de la famille Visconti, puissante famille milanaise. Verone s’était alors trouvé un maitre dur et sévère qui s’en servait, à partir de 1405, pour la « protection » de Venise. Pendant 400ans, Vérone est restée un sujet obéissant. La ville a également connu une période sous la domination autrichienne avant, en 1866, de faire partie du royaume d’Italie. Dans les siècles qui ont suivis le règne de la famille Scala, Vérone a été une ville relativement agitée, comme peu d’autres villes italiennes l’ont été. La ville n’a jamais pu garder un «maître» la gouverner sans tenter de se rebeller. Alors que beaucoup d’autres villes italiennes ont recherché l’autonomie, à Vérone, les nombreuses familles riches n’on jamais cessé de se disputer les premières places. Ce n’est probablement pas une coïncidence si Shakespeare a choisi cette ville pour décrire la rivalité ridicule et la bêtise de la noblesse dans une de ses œuvres.

Toscane Sardaigne Sicile Abruzzes Val d'Aoste Pouilles Basilicate Calabre Campanie Émilie-Romagne Frioul Latium Ligurie Lombardie Marches Molise Piémont Trentin-Haut-Adige Ombrie Vénétie Carte de l'Italie

Arène

Michel de Montaigne a vu l’arène pour la première fois en 1580. Il avait 47 ans et décrit cet amphithéâtre comme le plus bel édifice qu’il avait vu de sa vie. A cette époque, la scène datait déjà de plus de 1500ans. Elle a été construite dans les premiers siècles après J.C et se trouvait à l’extérieur de la ville. C’est lors d’une expansion ultérieure qu’elle est rentré dans les murs. En 1183, un tremblement de terre en a détruit une grande partie, tuant par la même occasion de nombreux habitants qui s’y trouvaient. Il a fallu attendre le 16e siècle pour que le théâtre soit reconstruit.

L’amphithéâtre était à l’origine utilisé pour des combats de gladiateurs et les immolations de martyrs chrétiens. Ces exactions étant par la suite passées de mode, l’endroit était utilisé pour de la tauromachie, des expositions ou encore comme forteresse.

Entre 1700 et 1800, Vérone a été sous domination anglaise, qui a érigé la «Grande Tour».

Aujourd’hui, c’est le plus grand opéra du monde. C’est le troisième amphithéâtre romain le mieux conservé, après le Colisée et le théâtre de Capoue. A l’époque romaine, il pouvait accueillir 25 000 spectateurs, aujourd’hui il en accueille 22 000.

Vestiges gallo-romains :

-Ponte Pietra est un pont romain qui passe sur l’Adige. Comme à Florence, il a été détruit par les allemands pendant la seconde guerre mondiale. Il a par la suite était soigneusement reconstruit, en utilisant les ruine qui étaient restées intactes.
-Le théâtre romain, de l’autre coté de l’Adige, est en partir taillé dans la roche. C’est une des théâtres romains les mieux conservés.
-Porta Jovia, également connue sous le nom de Porta dei Borsari, a été construite dans la seconde moitié du 1er siècle, à la fin du Corso Cavour. C’est ici que les percepteurs de l’église venaient exiger leur part sur toutes les marchandises importées.
-Piazza delle Erbe était à l’origine un forum romain. Aujourd’hui, en plein centre de Vérone, elle accueille le marché des fruits et légumes. On y trouve aussi le Domus Mercatorum, construit en 1301, qui était un entrepôt et un lieu de négociation pour les commerçants de la ville et des environs. Vous pourrez également voir la Torre del Gardello, construite en 1370.

Autres attractions :

-Casa di Giulietta, la maison de Juliette. Située Via Cappello, 23, c’est une belle maison du 13e siècle, le balcon ayant était rajouté au 14e siècle. Les familles Capuleti et Montecchi ayant vraiment existé, Roméo et Juliette, eux, restent des personnages de fiction (que souligne même Shakespeare dans le titre original «An excellent tragedy of Romeo and Juliet». L’histoire a été reprise de l’œuvre d’un écrivain de la Renaissance, Masuccio Salernitano. La version la plus connue est celle de Matteo Bandelos, en 1554.

-Piazza dei Signori est proche de Piazza delle Erbe. C’était le centre politique de la ville. Au même endroit, vous trouverez également le Palazzo del Capitano et le Palazzo del commune, dont les batiments magnifiques ont impressioné bien des visiteurs. Vous pourrez également voir la Torre dei Lamberti, qui date du 12e siècle. En rentrant dans la place se trouve le fameux Palazzo degli Scaligeri.

Dans la galerie entre le Palazzo degli Scaligeri et le Palazzo del Commune, se trouve une petite église romane. Elle accueille les monuments funéraires gothiques d’éminents membres de la famille Scala : Mastino (1277), Cangrande (1329), Mastino II (1347) et Cansignorino (1375).

La plus grande église de la ville, Sant’Anastasia, se situe à proximité. Sa construction a commencé en 1290 et s’est achevée en 1481, cependant sa façade n’a jamais été finie. Elle est principalement de style gothique mais on y retrouve des traces de style roman. Vous pourrez y voir de belles fresques de Pisanello, dont celle de St Giorgio. Vous noterez surement qu’à l’entrée, l’eau bénites est recueillie dans des récipients originaux, dont on ne connait toujours pas l’origine. Henri de Toulouse Lautrec en a justement fait une référence dans ses Mémoires.

La Grande Cathédrale est située à proximité. Rayée de rouge et blanc, elle fut consacrée en 1187 et offre un mélange de styles roman, gothique et de la Renaissance. Elle abrite par exemple la tombe de Titien «l’Assomption».
Sur le coté ouest, vous pourrez voir des statues de Roland de Roncevaux et d’Olivier, qui datent du temps où la ville était sous influence des francs.
La Basilique San Zeno Maggiore et dédiée San Zeno, un évêque africain, huitième évêque de la ville entre 362 et 380. Une église San Zeno, dédiée le 8 décembre 806 en présence de Pépin le Bref, a également vu le jour. La construction de la basilique a commencé en 1120 mais n’a été terminée que beaucoup plus tard. La Grande Rosace, installée en 1100, représente la «Roue de la fortune», les panneaux de bronze sur la porte, installés entre 1100 et 1200 représentent des scènes bibliques et de la vie de San Zeno. Vous pourrez également voir un triptyque de Mantegna, datant de la seconde moitié du 15e siècle. C’est une copie partielle car Napoléon a pris possession de l’original qui est maintenant au musée du Louvre.
Castelvecchio, qui est à l’origine de Castel San Martino, a été construit sous Cangrande II dans la seconde moitié du 14e siècle, entre 1364 et 1375. Aujourd’hui, il accueille une grande collection d’art, y compris des tableaux de Bellini, Lotto, Tintoret, Pisanello, Véronèse ou encore Tiepolo.
Les restaurants : Les meilleurs restaurants de Vérone sont ceux qui, sur la base de la cuisine véronaise/vénitienne, allient tradition avec créativité et élégance. Les éléments typiques de la cuisine véronaise/vénitienne sont par exemple le canard, le lièvre, l’agneau, le cheval, le veau, les joues de porc ou encore le foie gras (fegato grosso en italien). Nous pouvons ajouter à cela des champignons (en particulier les truffes), la polenta ou le risotto sous diverses formes, par exemple à l’amarone ou aux calmars. La Vénétie offre également de nombreux fromages locaux. Les Bigoli, sont les pâtes les plus apprécies ici. De la forme de maccheroni, vous en trouverez dans tous les restaurants, dont beaucoup les font eux-mêmes. Vous trouverez également du poisson, comme de la lotte et des crustacés.

-Marché du vin, Viale della Repubblica
Cette cave a une excellente gamme de produits du nord et du centre de l’Italie. Elle se trouve ap´res Viale della Repubblica, à environ vingt minutes de marche de la Piazza delle Erbe.
- Osteria al Duca, Via Arche Scaligeri 2, tél 045 594 474
Pas cher et très simple! Un endroit très authentique. Le soir, le service n’est dispensé que de 19h à 21h30.
- Antica Trattoria da l'Amelia, Lungadige B. Rubele 32, tél (045) 800 5526
Un bon restaurant local, avec une excellente cuisine et une bonne carte des vins. Niveau de prix moyen.

 
 

Les plus populaires en Vénétie

search map